Chansons béarnaises et gasconnes

Découvrez les paroles de chansons béarnaises et gasconnes

Si Canti

 
Devath de la (mia) finestra  Que i a un auseron
Tota la nueit que canta
Canta la soa (sa) canson  
Refrain :
Si canti, jo que canti
Canti pas per jo;
Canti per ma mia
Qui ei tan luenh de jo 
Aqueras mountanhas
Qui tan hautas son
M’empaishan de véder
Mas amors on son…
Baishatz-ve montanhas
Planas, hauçatz-ve
Ta  qui posqui véder
Mas amors on son…
Aqueras montanhas
Que s’abaisharàn
E mas amoretas
Que pareisheràn…
Aqueras mountanhas
Qui tan hautas son
M’empaishan de véder
Mas amors on son…    
Refrain : si canti
Si sabi las véder
Ou las encontrar
Passeri l’aigueta
Shens paur de’m negar  
Refrain : si canti  
Aqueras montanhas
Que s’abaisharàn
E mas amouretas
Que pareischeràn…
Las pomas son maduras
Las cau amassar
Et las joenas hilhas
Las cau maridar.  

Aqueras Monthanhas

Dessous ma fenêtre  
Il y a un oiselet  
Toute la nuit il chante  
Il chante sa chanson  
Refrain :
Si je chante, moi je chante
Je ne chante pas pour moi  
Je chante pour ma mie  
Qui est si loin de mo
Ces montagnes  
Qui sont si hautes  
M’empêchent de voir 
Où sont mes amours…
Baissez-vous montagnes  
Plaines haussez-vous  
Pour que je puisse voir  
Où sont mes amours…
Ces montagnes  
Elles s’abaisseront  
Et mes amours  
Apparaîtront…
Ces montagnes  
Qui sont si hautes 
M’empêchent de voir  
Où sont mes amours
Refrain :
Si je parviens à les voir
Ou les rencontrer
Je traverserai le ruisseau
Sans peur de me noyer  
Refrain : 
Ces montagnes  
S’abaisseront  
Et mes amours  
Apparaîtront….
Les pommes sont mûres
Il faut les ramasser
Et les jeunes filles
Il faut les marier.    

Bèth cèu de Pau

Bèth cèu de Pau, quan te tornarèi véder ?
Bèt cèw dé paw, quouan té tournarèy bédé
Qu’èi tant sofèrt despuish qui t’èi quitat.
Qu’èy tan souffert déspuch qui t’èy quitat ;
Si’m cau morir shens de’t tornar revéder,
Si’m caw mouri chéns dé’t tourna rébédé
Adiu, bèth cèu, t’aurèi plan regretat.
Adiw bèt cèw, t’awrèy pla régréta
Qu’aurí volut, Bearn cantar ta gloèra.
Qu’awri boulut, Béarn canta ta glouéro
Mes ne poish pas, car que soi tròp malaut.
Més né pouch pas, car qué souy tròp malaw
Mon diu, mon diu, deishatz me véder engoèra
Moun diw, moun diw, déchat mé béd’ éngouéro
Lo cèu de Pau, lo cèu de Pau (bis).
Lou cèw dé paw, lou cèw dé paw
Jo, qu’èri sol, dens ma trista crampeta
Jou qu’èri soul, déns ma tristo crampéto
A respirar lo perfum deu printemps
A respira lou pérfum dou printén
Quan, tot d’un còp, ua prauba ironglèta,
Quouan tout du còp, üo prawbo iroungléto
Possa un gran crit, e puish en medish temps.
Pousso u gran crit et puch én médich tén
Un esparvèr houn sus la beroina ;
U ésparbè oun sus la bérouïno
– Çai, çai t’ací, jo ne’t harèi pas mau !
Saï, saï t’assi, you né’t harèy pas maw 
Rentra dehens, que parleram praubina
Réntra déhéns, qué parléram prawbino
Deu cèu de Pau, dau cèu de Pau (bis).
Dou cèw dé paw, lou cèw dé paw
Mes, que t’en vas, beròia messatjèra,
Més qué t’én bas, béroyo méssatyèro
Adiu, adiu, senti que’m vau morir.
Adiw, adiw, sénti qué’m baw mouri
Car lo bon diu entà d’eth que m’apèra,
Car lou boun diw énta d’éth qué m’apèro
Doman bethlèu, non serèi mèi ací !
Douma bét lèw, noun sérèy mèy assi
Puish que t’en vas, ven-t’en dens la montanha,
Puch qué t’én bas, bé t’én déns la mountagno
Ven har ton nid devath noste portau,
Vé ha tou nit débat nousté pourtaw
Qu’auràs de tot, tà tu e tà companha
Qu’awras dé tout, tà tu et tà coumpagno
Au cèu de Pau, au cèu de Pau (bis).
Aw cèw dé paw, lou cèw dé paw    

Beau ciel de Pau

Beau ciel de Pau, quand donc te reverrais-je
J’ai tant souffert depuis que je t’ai quitté
Si je dois mourir sans te revoir
Adieu beau ciel, je t’aurai tant regretté

J’aurais voulu , Béarn, chanter ta gloire
Mais je ne peux pas, car je suis trop malade
Mon dieu, mon dieu, laissez-moi voir encore
Le ciel de Pau, le ciel de Pau    

Moi j’étais seul dans ma triste petite chambre
A respirer le parfum du printemps
Quand tout d’un coup, une pauvre hirondelle
Pousse un grand cri car en même temps
Un épervier fonce sur la jolie

-Viens ici, viens ici , je ne te ferai pas de mal
Rentre dedans, on parlera pauvrine 
Du ciel de Pau, du ciel de Pau    
Mais tu t’en vas, jolie messagère

Adieu, adieu , je sens que je vais mourir
Car le bon dieu vers lui, m’appelle
Demain peut-être, je ne serais plus ici
Puisque tu t’en vas , va-t’e’n dans la montagne
Viens faire ton nid dessous notre porche
Tu auras de tout pour toi et ta compagnie
Au ciel de Pau, au ciel de Pau.

Y a-t-il plus grand romantisme que « Los dus pastors a l’ombreta »   ?

Dus pastors a l’ombreta (dus pastous à l’oumbréto)

Dus pastors a l’ombreta; que hasèn un boquet.
Dus pastous’a l’oumbréto; qué hasèn u bouquétt
L’un cuelhè la vriuleta;  e l’aute lo muguet
Lu couéyé la briouléto; é l’awté lou muguétt
Jo qu’aimi l’imortèla; mei que las autas flous
You qu’aymi l’imourtélo; méy qué las awtés flouss
Com ei tostem fidèla; atau soun mas amous.
Coum éy toustém fidèlo; ataw soun mas amouss
Un boquet de vriuletas; que me n’avès enviat
U bouquét dé brioulétos ; qué mé n’abès énbiatt
Diu! d’aqueras manetas; tan plan l’avès troçat
Diw d’aquéros manétos, ta pla l’abès trouçatt
Dab cordonet de seda; e dab l’esplinga d’aur
Dap courdounét dédo, é dap l’ésplingo d’ò
Diu ! d’aqueras manetas; que valén un tresaur
Diw!  d’aquéros manétos, qué balén u trésò
Jo que t’at dit princessa; un còp e non pas mei,
You qué t’at dit prïncésso; u còp é noun pas méy
Que la mia tendressa;  no’s finirà jamei
Qué la mïo téndrésso; no’s finirà yaméy
Hè’n drin l’experiença; no’t demandi qu’aquò.
Hèn drïn l’éspériénço; no’t démandi qu’aquò
En jo, pas d’aparença; mes qu’at èi tot au còr
Én you, pas d’aparénço; més qu’at èy tout aw cò

Deux bergers à l’ombrette

Deux bergers à l’ombre, faisaient un bouquet
L’un cueillait la violette, et l’autre le muguet   Moi j’aime l’édelweiss , plus que les autres fleurs
Comme elle est  toujours fidèle… ainsi vont mes amours
Tu m’avais envoyé un bouquet de violettes 
Mon dieu, avec ces petites mains, tu l’avais bien arrangé
Avec un cordonnet de soie et avec l’épingle d’or
Mon dieu, avec ces petites mains, qui valent un trésor
Moi je te le dis princesse, une fois et pas plus,
Parce que ma tendresse ne se finira jamais  
Fais-en l’expérience; Je ne te demande que ça
En moi, point d’apparence, mais je t’ai en entier dans mon cœur.  

Quant vòs ganhar pastoreta charmanta ?

Quant vòs ganhar pastoreta charmanta
(Kwann bòss gagna pastouréto charmanto)
Quant vòs ganhar per guardar lo bestiar ?  
(Kwann bòss gagna pérr gouarda lou béstia)
Un par d’esclòps, un devantau
(U pas d’ésclopss, u débantaw)
E cent’escuts, mossur, que’m cau (bis)  
(Et cént escutss moussu quém caw)  
Acò qu’ei tròp,  pastoreta charmanta  
(Açò qu’éy tròp, pastouréto charmanto)
Acò qu’ei tròp tà guardar lo bestiar !  
(Aço qu’éy tròp tà gouarda lou béstia)
Si acò qu’ei tròp per çò qui’m cau  
(Si açò qu’éy tròp, pérr çò qui’m caw)
Que’m tirarèi lo devantau (bis)  
(Quénn  tiraréy lou débantaw)  
Atau va plan pastoreta charmanta  
(Ataw ba pla pastouréto charmanto)
Atau va plan tà guardar lo bestiar !  
(Ataw ba pla tà gouard lou béstia)
Si atau va plan, tocatz la man  
(Si ataw ba pla, toucat la ma)
E que me’n vau tà guardar lo bestiar (bis)
(Et qué m’énn baw gouarda lou béstia)  

Combien veux-tu gagner charmante bergère ?

Combien veux-tu gagner charmante bergère
Combien veux-tu gagner pour garder le bétail ?
Une paire de sabots, un tablier
Et cent écus, monsieur, il me faut.
Ceci est trop charmante bergère
Ceci est trop pour garder le bétail !
Si ça c’est trop pour ce qu’il me faut
J’en retirerais le tablier.
Ainsi ça va bien, charmante bergère
Ainsi ça va bien pour garder le bétail.
Si ainsi ça va bien, touchez-moi la main
Et je m’en vais garder le bétail.

N’oublions pas l’hymne ossalois (toujours dans le même registre romantico-bucolique)

L'hymne ossalois

Arrepic : Aussau mas amoretas
Aüssaü, mas amourétos
Aussau, jo me n’i vau.
Aüssaü, jou qué m’i baü
Au verdurèr jou me n’entrèi (bis)
Aü bérduré jou mé n’éntrèy
Tres arrosetas i trobèi.
Trés arrousétoss i troubèy
Tres arrosetas i trobèi
Trés arrousétoss i troubèy
Que las copèi, que las liguèi.
Qué las coupéy, qué las liguèy
Que las copèi que las liguèi
Qué las coupéy, qué las liguèy
A mas amors enviar las hèi.
A mas amouss énbia las hèy
A mas amors enviar las hèi
A mas amous énbia las hèy
Mes qui serà lo messatgèr ?
Méss qui sérà lou messatyè
Mes qui serà lo messatgèr ?
Méss qui sérà lou messatyè
La calandreta o l’esparvèr ?
La calandrét’ ou l’ésparbè
La calandreta ei cap-leugèr
La calandrét’ éy cap-léüyè
E l’esparvèr tròp mensongèr.
Et l’ésparbè, tròpp ménsounyè
E l’esparvèr trôp mensongèr
Et l’ésparbè, tròpp ménsounyè
Jo medisheta m’i anirè.
Jou médichéto, m’i aniré  
Refrain

Ossau, mes amourettes
Ossau, moi j’y vais/j’y cours.

——————
Au verger, moi j’entrai
Trois petites roses j’y trouvai.
Refrain

Trois petites roses j’y trouvai
Je les coupai, je les liai.
Refrain

Je les coupai, je les liai
A mes amours , les fis envoyer.
Refrain

A mes amours , les fis envoyer
Mais qui sera le messager ?
Refrain

Mais qui sera le messager ?
L’alouette  ou l’épervier ?
Refrain

L’alouette est tête en l’air
Et l’épervier trop menteur.
Refrain

Et l’épervier trop menteur
Moi-même (donc) j’irai.

 NADAU nous en a apporté de bien jolies à l’image de  « T’on vas » 

T’on vas… ?

Lo men païs qu’ei com ua isla
Lou mé païs qu’éy coum uo islo
Quate maisons devath lo cèu
Qwaté maysous débat lou cèw
Hilh deu gave e de la saliga
Hill dou gabé et dé la saligo
Que soi marin shens nat bateu.
Qué souy mari chéns nat batéw
T’on vas; Tu qui non poden maserar,
T’oun bas; Tu qui noun poudén maséra
T’on vas…?
E qu’ei aquiu la mia escola
Et qu’éy aquiw la mïo éslo
Qu’i èi aprés a tot jamèi
Qu’i èy aprés a tout yamèy
La libertat e la bracona
La libertaet la bracouno
D’aqueth rejaume soi lo rei.
D’aquéréyawmé souy lou rèy
E en espiant colar l’aigueta
Et én éspïan coula l’ayguéto
Qui se m’emporta lo vagar
Qui sé m’émpourto lou baga
N’ei pas de pena, ma Janeta,
N’éy pas dé péno, ma Yato
Si n’ei l’enveja de plorar.
Si n’éy l’ényo dé ploura
Puish quan sia lo darrèr viatge
Puch qwan sïa lou darè biatyé
No’m tirarèi pas lo bonet
Noum tiratéy pas lou bounét
Portatz-me donc auprès deu gave
Pourtat-mé doun awprès dou gabé
Qui n’esto pas jamèi vailet.
Qui n’éstou pas yamèy bailét

Que me’n tornarèi tà la tèrra
Qué mén tournaréy ta la rro
Qu’i èm tots a egalitat
Qu’i ètouts a égalitat
E donc amics tà la hartèra
Et doun amics ta la harro
Un darrèr còp que canteratz.
U darè còp qué cantérat
T’on vas,
Tu qui non poden maserar
T’on vas…
  
Où vas-tu toi qu’on ne peut dresser
Où vas-tu ?

Où vas-tu… ?

Mon pays, c’est comme une île
Quatre maisons dessous le ciel,
Fils du gave et de la saulaie,
Je suis un marin sans aucun bateau.
Où vas-tu, Toi qu’on ne peut dompter,
Où vas-tu…?
  C’est là toute mon école .
J’y ai appris à tout jamais.
La liberté et la braconne,
Je suis roi de ce royaume.
 
En regardant couler l’eau
Qui emporte le temps
C’est pas parce que j’ai de la peine, Jeannette,
Si j’ai envie de pleurer.

Quand ce sera le dernier voyage
J’enlèverai pas mon béret,
Portez-moi au bord du gave
Qui n’a jamais été valet.

Je reviendrai à la terre,
On y est tous à égalité,
Alors, amis, pour le repas
Une dernière fois vous chanterez.

Où vas-tu,
Toi qu’on ne peut dompter, dresser..
Où vas-tu…?

Le magnifique  « De cap t’a l’immortélo »   est  devenue un hymne béarnais

De cap t’a l’immortela

L ‘immortéla, en francés, qu ‘ei l’edelweiss.
L’immourtélo , én francès, qu’éy l’édèlveiss
Qu ‘ei la flor blanca de la montanha hauta.
Qu’éy la flou blanco dé la mountagno awto
E tà l’anar cercar, que cau estar hèra valent ...
Et tà l’ana cérca, qué caw ésta hèro  balén
o hèra amorós… ou hèro amourous...
S’ei un pais e una flor; e una flor, e una flor
S’éy ü païs et üo flou, et üo flou, et üo flou
Que l’aperam la de l’amor, la de l’amor, la de l’amor.
Qué l’apéram la dé l’amou, la dé l’amou, la dé l’amou…

Arrepic
Haut Peirot, vam caminar, vam caminar
Awt Péyròt, bacamina, bam camina
De cap ta l’immortéla,
Dé cap ta l’immourlo
Haut Peirot, vam caminar, vam caminar
Awt Péyròt, bacamina, bam camina
Lo pais vam cercar
Lou païbam cérca

Au soum deu malh, i’a ua lutz, i’a ua lutz, i’a ua lutz.
Aw soum dou maill, ya üo lus, ya üo lus, ya üo lus
Qui cau guarda los oelhs dessus, los oelhs

Arrepic


Qui caw gouarda lououéys déssus, lous ouéys 
 dessus, los oelhs dessus. déssus, lous ouéys déssus

Arrepic
Que’ns cau trauca tot lo segas, tout lo segas,  tout lo segas
Quéns caw trawca tout lou ségas

Ta’ns arrapar  sonqué las mas, sonqué las mas, sonqué las mas.
Tans arrapa sounqué las mas.….(ter)

Non veiram pas jamei la fin, jamei la fin, jamei la fin.
Noun béyram pas yaméy la fi …

La libertat qu’ei lo cami, qu’ei lo cami, qu’ei lo cami
La libértat qu’éy lou cami….
Après lo malh, un aute malh, un aute malh, un aute malh
Après lou may, u gnawté may...

Après la lutz, ua auté lutz, ua auté lutz, ua auté lutz.
Après la lus, u gnawté lus….  

Vers l’edelweiss

 
L’immortelle en français, c’est l’edelweiss
C’est la fleur blanche de la haute montagne
Pour aller la chercher, il faut être vaillant.
Ou très amoureux C’est un pays, et une fleur et une fleur
Nous l’appelons la fleur de l’amour 
celle de l’amour… celle de l’amour

Refrain

En avant Pierrot, allons cheminer
Vers l’immortelle
En avant Pierrot, allons cheminer
A la rencontre du pays * Au sommet de la montagne,
il y a une lumière…une lumière,
une lumière ..
Il faut garder les yeux dessus…..
les yeux dessus, les yeux dessus

Refrain

Il faut percer tous les ronciers
tous les ronciers, tous les ronciers
Quitte à tout nous arracher ,
à part les mains, à part les mains
Refrain

On n’en verra jamais la fin….
Jamais la fin, jamais la fin
La liberté c’est le chemin….
c’est le chemin, c’est le chemin
Refrain

Après le pic, un autre pic….
un autre pic, un autre pic
Après la lumière, une autre lumière…
une autre lumière …    

« Après l’amour »   est un classique du genre … adorable !

Arron d'aimar

Arron d’aimar, quauque còp que saunegi  
Arrou d’ayma, quaüqué còp qué saünéyi
A mar granas de nèu, aus navius negats,  
A ma granoss dé nèw, aüs nabiws négatss
Aus arríders gaujós, au dia qui punteja  
Aüs arridéss gaüyouss, aü dïo qui püntéya
Au dessus d’un camin qui non s’acaba pas.  
Aü déssuss du cami qui noun s’acabo pass Refrain:
Que t’aimi, pra’mor deu temps qui acaças,  
Qué t’aymi, pramou dou ténn qui acaçoss
Que t’aimi, per la nèu e lo huec,  
Qué t’aymi, pér la nèw et lou wéc
Que t’aimi, caminaram amassas,  
Qué t’aymi, caminaram amassoss
 Que t’aimi, per l’aiga o l’eslambrec.  
Qué t’aymi, pér l’aygo ou l’éslambréc  
La frinèsta qu’ei ubèrta, e la lua que’t bailina,  
La frinèsto qu’éy ubèrto et la lüo qué’t baylino
E tu que vas dromir, ton cap s’ei amagat,  
Et tu qué bass droumi, tou cap s’éy amagatt
Per delà lo plaser, e la tendressa engalina,  
Pér délà lou plasé, et la téndrésso éngalino
Jo qu’espii ton còs, ne’u gausi pas tocar.  
You qu’éspii tou cò, né’ü gawsi pas touca  
Refrain
Arron d’aimar, quauque còp que saunegi
Arrounb d’ayma, quaüqué còp qué saünéyi  
Que lo vent nos a miats capsús los crums negrós,  
Qué lou bénn nous a miattst capsus lous crüms négrous 
Hens un país shens fin, on dab tu me passegi, Héns u païs chénnss fi, ou dap tu mé passéyi
On lo monde perdonan aus qui s’aiman, urós.  
Oun lou moundé pérdounon aws qui s’ayman, urouss    
Refrain    

Après l'amour

Après l’amour, quelquefois moi je rêve  
A des océans de neige, à des navires noyés,  
A des rires d’enfants, à un jour qui se lève  
Au-dessus d’un chemin qui n’en finit pas.

   Refrain

Je t’aime, pour le temps que tu chasses,  
Je t’aime, pour la neige et pour le feu,  
Je t’aime, nous cheminerons ensemble,  
Je t’aime, pour l’eau ou l’éclair.
La fenêtre est ouverte, et la lune te caresse;  
Tu vas t’endormir, ton visage est caché,  
Par delà le plaisir et la tendresse,  
Je regarde ton corps que je n’ose plus toucher.  
 
 Je t’aime, pour le temps que tu chasses,  
Je t’aime, pour la neige et pour le feu,  
Je t’aime, nous cheminerons ensemble,  
 Je t’aime, pour l’eau ou l’éclair.  
     Après l’amour, quelquefois moi je rêve  
Que le vent nous a emportés au dessus des nuages,  
     Dans un pays sans fin où avec toi je me promène
Ou les gens pardonnent à ceux qui sont heureux. 
Je t’aime, pour le temps que tu chasses,  
 Je t’aime, pour la neige et pour le feu,  
 Je t’aime, nous cheminerons ensemble,  
Je t’aime, pour l’eau ou l’éclair.  

Jan Petit que dança

Jan Petit (GN)  (Yann Pétitt)

Jan Petit que dança 
(Yann Pétitt qué dannço)
Dab lou rei de França (bis) 
(Dap lou réy dé Franço)
Dab lo pè, pè, pè (bis) 
Atau que dança Jan Petit Ataw qué danço Yann Pétitt)
Jan Petit que dança 
(Yann Pétitt qué dannço)
Dab lou rei de França (bis) 
Dap lou réy dé Franço)
Dab lo pè, pè, pè  
Dab la man, man, man, (Dap la ma…)
Atau que dança Jan Petit 
Dab la dit … lo jolh … la cama etc …
(dap lou ditt, lo jouy, la camo etc…)
Lo cap, lo nas, la boca, lo menton, l’aurelha, lo braç,
l’esquia, lo vente, lo cuu…
(Dap … lou cap, lou nass, la bouco, lou mentou, l’auréyo, lou brà, l’esquïo, lou benteé, lou cuu …)
Atau que dança Jan Petit  

Jean Petit qui danse

>>>>On danse en ronde fermée.
Après les deux premiers vers bissés,
au 3° vers de chaque couplet, les danseurs
rompent la chaîne et frappent le sol en cadence
avec la partie du corps désignée.
Au fur et à mesure, après le geste qu’amène
chaque nouveau couplet, on répète tous les
gestes des couplets précédents, et sans perdre
la mesure … , au vers « Atau que dança Jan Petit »
(Ainsi danse JanPetit), les danseurs se relèvent
d’un bond, et en tournant, frappent ensemble
un coup dans les mains élevées au-dessus
de leur tête.
Jean-Petit danse avec le roi de France
(humour noir, car il est torturé !)
Dab lo pè (avec le pied) , lo dit (le doigt),
la man (la main), lo jolh (le genou), la cama
(la jambe), lo menton (le menton),
l’aurelha (l’oreille), lo braç (le bras), l’esquia
(le dos) , lo vente (le ventre), lo cuu (le cul).. L’ordre est indifférent, et la liste étirable à souhait.

Las hilhòtas de Liborna

La hilhòtas de Liborna (bis)
(las hiyòtos dé libou-our-no )
De mei bèras non i a
(Dé méy bèross, nou n’i a)
Riu, piu, piu, sus la branqueta
(Rïu, pïu, pïu suss la branquéto)
De mei bèras non i a,
(Dé méy bèross, nou n’i a)
Lo merlo va cantar.
(Lou mérlou ba canta)
A quinze ans son coma verges (bis)
(a quïnz’annss soun coumo beryéss)
Son com verges sus l’autar
(soun coumo béryéss suss l’awta)
Riu, piu, piu, sus la branqueta
(Rïu, pïu, pïu suss la branquéto)
Son com verges sus l’autar,
(soun coumo béryéss suss l’awta)
Lo merlo va cantar.
(Lou mérlou ba canta)
A setze ans, que’us pren la rauja (bis)
(a sedz’annss quéwss prénn la raüyo)
E non pensan qu’a dançar …
(e nou pénsònn qu’a dança)
Riu, piu, piu , sus la branqueta
Rïu, pïu, pïu suss la branquéto)
E non pensan qu’a dançar,
(e nou pénsònn qu’a dança)
Lo merlo va cantar.
(Lou mérlou ba canta)
A vint ans la rauja dobla (bis)
( bïnnt annss la raüyo doublo)
Viste las cau maridar …
(bisté las caw marida)
(refrain)
A trenta ans, seda e dentèla ! (bis)
(a trént’annss sédo e déntèlo)
Haut marit, que cau pagar …
(hawtt maritt qué caw paga)
(refrain)
A quaranta son maduras (bis)
(a quaranto soun maduuross)
Mes non vòlen pas estar …
(méss noun bòlénn pas esta)
(refrain)
A cinquanta, lo nas roge ! (bis)
(a cïnncanto, lou nass rou-ou-yé)
E’n seré lhèu de pintar ? …
(énn seré yèw dé pïnta)
(refrain)
A shishanta que tisòcan, (bis)
(a chichanto qué tisou-ou-cònn)
Lo marit que pòt bohar …
(lou maritt qué pòtt bouha)
(refrain)
A setanta que capbaishan, (bis)
(a sétanto qué capba-a-chònn)
Lo nas que’s bota a colar …
(lou nass quéss bout’a coula)
(refrain)
A ueitanta que uelhviran, (bis)
(a oeytanto que oeybi-i-rònn)
E topins que se’n van har …
(e toupiss qué sénn bann ha)
(refrain)
Be seré donc urós l’òmi, (bis)
(e séré dounc urouss l’òmi)
Si n’èra mort bèth temps a !…
(si n’èro pass mourr bètt témss a ..)
(refrain)     

Les fillettes de Libourne

(ou d’Oloron, ou de Salies…)
au choix… Les fillettes de Libourne (bis)
Il n’y en a pas de plus belle
Riu, piu, piu sur la branchette
Il n’y en a pas de plus belle,
Le merle va chanter.

A quinze ans elles sont vierges (bis)
Elles sont comme vierges sur l’autel
Riu, piu, piu, sur la branchette
Elles sont comme vierges sur l’autel,
Le merle va chanter.

A seize ans, elles deviennent enragées (bis)
Et ne pensent qu’à danser 
Riu, piu, piu, sur la branchette
Elles ne pensent qu’à danser,
Le merle va chanter.

A vingt ans, la rage double (bis)
Il faut vite les marier …
Riu, piu, piu !!!

A trente ans, soie et dentelle ! (bis)
Allez mari, il faut payer…
Riu, piu, piu !!!

A quarante ans, elles sont mûres, (bis)
Mais ne veulent pas que ce soit le dit…
Riu, piu, piu !!!

A cinquante ans, le nez rouge ! (bis)
Peut-être serait-ce de boire ? …
Riu, piu, piu !!!

A soixante ans, elles attisent le feu, (bis)
Le mari peut souffler …
Riu, piu, piu !!!

A soixante dix ans, elles baissent la tête, (bis)
Le nez se met à couler …
Riu, piu, piu !!!

A quatre-vingts ans, elles tournent de l’oeil, (bis)
Elles vont faire des pots de terre
(elles vont mourir)…

Que l’homme serait heureux (bis)
S’il n’était pas mort depuis longtemps !…  
Riu, piu, piu !!!

et une indémodable…. E lou trïn, trïn, trïn, tran la bièlho.

La vielha d’Auloron (en phonétique)

A Aulourou y a üo bièlho (bis)
Uo bièlho de quoàte bint ans
E lou trïn, trïn, trïn, tran la bièlho
Uo bièlho de quoàte bint ans
E lou trïn, trïn, trïn, tran.
Qu’ou gahè la maridèro (bis)
Mes, oun trouba lou galant ?
E lou trïn, trïn, trïn, tran la bièlho
Mes, oun trouba lou galant ?
E lou trïn, trïn, trïn, tran.
S’en anè dinc a Toulouso (bis)
Ta cerca-n u de bint ans
E lou trïn…
« Charmantou, s’ou dits la bièlho (bis)
Que’ns caou marida aug’an »
E lou trïn…
« Pas au mench dab tu, biélhasso ! (bis)
Quaon aurés cinq millo francs ! »
E lou trïn…
Coum la bièlho abè finanço (bis)
Auta pla que s’espousan
E lou trïn…
Lo dilus, nouço à tout pèrde, (bis)
E lou dimars qu’es trucan
E lou trïn…
Lo dimers que l’escanabo, (bis)
Lo diyaus que l’enterrabon !
E lou trïn…
Dab lous sos de la biélhasso (bis)
S’en pren üo de bint ans !
E lou trïn…

La vieille d’Oloron


A Oloron, il y a une vieille (bis)
Une vieille de quatre-vingt ans
Et le trïn, trïn, trïn, tran la vieille…
Une vieille de quatre-vingt ans
Et le trïn, trïn, trïn, tran
Il lui prit le désir de se marier (bis)
Mais, où trouver le galant ?
Et le trïn, trïn, trïn, tran la vieille…
Mais, où trouver le galant ?
E le trïn, trïn, trïn, tran.
Elle alla jusqu’à Toulouse, (bis)
Pour en chercher un de vingt ans.
Et le trïn, trïn, trïn, tran la vieille…
« Charmant garçon, lui dit la vieille (bis)
Il faut qu’on se marie cette année.»
Et le trïn, trïn, trïn, tran la vieille…
« Pas au moins avec toi, vieillasse ! (bis)
Même si tu avais cinq mille francs ! »
Et le trïn, trïn, trïn, tran la vieille…
Comme la vieille avait de la finance (bis)
Ils s’épousent sur le champ,
Et le trïn, trïn, trïn, tran la vieille…
Le lundi, noce à tout perdre, (bis)
Et le mardi ils se tapent.
Et le trïn, trïn, trïn, tran la vieille…
Le mercredi il l’étranglait, (bis)
Et le jeudi on l’enterrait !
Et le trïn, trïn, trïn, tran la vieille…
Avec les sous de la vieille, (bis)
Il s’en prend une de vingt ans !
Et le trïn, trïn, trïn, tran la vieille…

Une très belle chanson de Loulou Mandère.

Amistat

Refrain
Amistat, amistat,  (amistat, amistat)
Qu’ès la flor la mei bèra (Qu’ès la flou la méy bèro)
Qu’ès l’arralh e lo blat (Qu’ès l’array et lou blat)
L’immortela de neu (L’immourtélo dé néw)
Qu’ès l’estèla deu cèu (Qu’èsl’éstèlo dou cèw)
E l’espèrt de la tèrra (Et l’éspèr dé la tèrro)
Doça flor de joentud (Douço flou dé jouéntud)
Suu sendèr calhavut (Sou séndè cayabut)
Refrain
Entau monde en susmauta (Entaw mound’en susmawto)
Enta uei, enta doman (Entà ouéy, entà douma)
Tau malaut qui mei nos mauta
(Taw malawt qui méy nous mawto)
Entà un punhat de man (Entà u pugnadé ma) Refrain
Entà l’òmi shens estaca (Entà l’òmi chéns éstaco)
Tau qui tira shens larèr (Taw qui tiro chéns larè)
Tau printemps qui s’en escapa
(Taw prïntéms qui s’én éscapo)
Entau judjament darèr  (Entaw yutyamén darrèRefrain
Quan broneish lo vent d’espanta
(Qwan brounéch lou bén d’éspanto)
Au mei pregon de la nueit
(Aw méy prégou dé la nouéyt)
Quan s’adrom devath la manta
(Qwas’adroudébat la manto)
Lo soldat après l’argueith
(Lou souldaaprèl’argouéyt)
Refrain
Quan lo hat d’amor cap-vira
(Qwan lou had’amou cap-biro)
Au darrèr ser de l’estiu  (Aw darrè sé dé l’éstiw)
E quan l’amic s’arrevira  (Et qwal’amic s’arrébiro)
Suu camin de l’adiu. (Sou cami dé l’adiw) Refrain

Amitié

Amitié, amitié
Tu es la fleur la plus belle,
Le rayon de soleil et l’orge,
L’immortelle des neiges (édelweiss)
Refrain

Tu es l’étoile du ciel
Et l’espoir de la terre,
Douce fleur de jeunesse
Sur le sentier caillouteux
Refrain

Dans un monde qui s’agite,
Aujourd’hui comme demain
Pour le malade qui ne peut se déplacer
Pour une poignée de main,
Refrain

Pour l’homme sans racine
Pour celui qui va sans foyer
Pour le printemps qui s’en va
Pour le jugement dernier.
Refrain

Quand gronde un vent de frayeur
Au plus profond de la nuit
Quand dort dans sa cape
Le soldat après le guet
Refrain

Quand le destin d’un amour chavire
Au dernier soir de l’été
Quand l’ami se retourne
Sur le chemin des adieux.      

Toujours la nostalgie et les sentiments avec  AMOR D’AUSSAU  
A retrouver sur youtube, où elle est magnifiquement interprétée par 3 groupes

Amor d'Aussau

Uei que soi jo, embarrat hens l’ ostau,
Dab lo flaquèr, lhèu ua malaudia,
Lo mei qui poish qu’ ei d’anar tau portau
Alavetz escota, 0 ma miga, 0 Maria :

Repic : Amor d’Aussau,
Lo temps passat,
Amor d’Aussau,
Que t’ei goardat.

Parla per jo a l’ ausèth lo mei haut,
Que l’as sovent de cap a Pèiralua,
Que’u diseràs que soi hèra malaut,
Que baishe lèu shens esperar la lua.

E l’esparvèr autanlèu arribat,
Suu linçòu blanc pausarà l’ immortèla,
S’emportarà mon amna au bordalat,
A l’ endret on viscom ua vita tan bèra.

Paraulas : Marcel Abbadie
Musica : Bernard Boué 

Amour d'Ossau

Aujourd’hui je suis enfermé à la maison,
Fatigué, peut être malade ,
Le plus que je puis est d’aller jusqu’au portail,
Alors écoute , ô ma mie, ô Marie :

Refrain : Amour d’Ossau,
Le temps a passé ,
Amour d’Ossau,
Je t’ai gardé.

Parle pour moi à l’oiseau tout là-haut,
Il est souvent vers Pèiralue,
Tu lui diras que je suis très malade,
Qu’il descende vite, sans attendre la lune

E l’épervier aussitôt arrivé
Sur le linceul blanc posera l’édelweiss,
Il emportera mon âme au hameau,
A l’ endroit où nous vécûmes une si belle vie

-Et voilà pour l’instant……Adishatz a tots e dinc a beth lèu (au-revoir à tous et à bientôt)…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut